Comptes-rendus des sorties 2013/2014

Tous les comptes-rendus des sorties, à lire et à relire au coin du feu.
Verrouillé
François
Membre du Comité Directeur
Messages : 1205
Enregistré le : ven. 17 mai 2013 10:31

Rando Loire CRBCK 29 mai au 1er juin

Message par François » mer. 4 juin 2014 18:23

Compte-rendu
Randonnée Open Canoe
29 mai au 1er juin
Bouchemaine-Ancenis
organisation CRBCK



La Rando Loire, formation pagaies couleurs, organisée par le CRBCK et encadrée par Luc Vincent et votre serviteur était inscrite depuis septembre au calendrier officiel de TEV. J'avais fait plein de pub pour cette découverte de l'Open Canoë et... je me suis retrouvé le seul du club.
Pas grave, 6 sympathiques pagayeurs de Lannion et Tregastel avaient répondu présent à l'appel et en comptant Luc et moi nous étions 8, impeccable.

Le jeudi passa vite entre l'arrivée des Costarmoricains à Tizé, le chargement des barques, le petit topo de Luc sur la méthodologie de la préparation d'une randonnée, la confection des menus et les courses.
Il fallut ensuite se rendre à Bouchemaine, notre point de départ sur la Loire et lieu d'arrivée de la rando de l'an dernier. On organisa ensuite une manip du type billard à trois bandes en laissant le camion de Luc quelques kilomètres avant Ancenis pour qu'il puisse nous quitter le samedi soir.
On laissa Bébert sur le bas coté à l'entrée d'Ancenis car c'était jour de grand marché et il était impossible de se garer en ville puis Bernard nous rapatria à Bouchemaine. Le premier coup de pagaie ne fut donc donné que vers 18h et pendant une petite heure chacun commença à déconnecter tout en apprivoisant l'engin et son équipier du moment. Tout le monde avait un bagage de kayakiste de mer et la transition vers l'OC se fit sans douleurs. Maryse, mon équipière, se tira fort bien de ce début de navigation. Rapidement il fallut choisir un bivouac: rive droite, rive gauche... on dénicha enfin l'endroit vers Savenières: une berge en pente pour la cuisine et un chemin aux herbes courtes pour les tentes et surtout, surtout pas de moustiques, victoire, le lieu était sain.
Anne-Marie nous concocta un excellent poulet Tandoori, pas du tout comme je le cuisine habituellement et une fois lestés d'un dessert et lubrifiés par les bonnes bouteilles des uns et des autres et le pur malt que je trouvais « par hasard » dans mon bidon chacun se retira sous la tente pour cette première nuit qui s'avéra fraiche et humide.

Vendredi matin j'étais bon dernier au petit déj., que le groupe, très autonome, avait préparé, mais je ne fût pas le dernier à embarquer mes sacs dans le Pocket Canyon. Un courant vif et un coup de pagaie alerte nous emmenèrent facilement sur un lieu sympa pour le picnic (encore une île) et seule une vilaine pluie orageuse vint gâcher la sieste. Nous avions fait un stop dans la matinée pour acheter quelques provisions de première nécessité: café, coteau du Layon et boire un café dans un rade improbable. L'après-midi nous vit longer l'immense île de Chalonnes par le bras principal, nous interroger sur les immenses fours à chaux bâtis en aval de la passerelle Trottier et nous colloquer sur le choix du bivouac. Le camping initialement prévu, situé en aval de Montjean-sur-loire, était en effet à l'abri de la levée et le portage des lourds Open Canoës ne fascinait personne. Maryse et Bernard s'en furent donc négocier une solution originale. On resterait bivouaquer sur l'immense banc de sable formé à cet endroit par la Loire à son étiage et moyennant quelques Euros on irait utiliser les commodités du camping pour nos ablutions, vaisselle, etc.. Le meilleur des deux mondes en somme. Jean Raymond se mit au piano et nous confectionna un magnifique risotto pour poêles et orchestre qui bluffa tout le monde. Les liquides variés continuaient à rafraichir les troupes et après une soirée feu de camp du plus bel effet et un magnifique coucher de soleil nous regagnâmes nos duvets pour un concerto de ronflements en si mineur.

Samedi matin je sprintais pour n'être pas le dernier au p'tit déj (honneur de cadre oblige) mais la fatigue se faisant sentir, quelques stagiaires pourrissaient encore les duvets sur le coup de huit heures. Le départ se fit nettement moins matutinal que la veille car nous voulions profiter du grand beau temps qui régnait sur le bivouac.
Un stop au super U d'Ingrandes nous permit de faire le plein de saucisses pour un déjeuner léger.
Un îlot de sable, sujet d'âpres négociations accueillit nos agapes du midi (saucisses aux lentilles) et le temps menaçant donna l'occasion à Luc de nous faire un petit topo de tarpologie suivi d'un TP (installer un tarp quoi!). Malgré les propos érudits de Bernard sur les chouans on ne s'arrêta point à St Florent le Vieil car Luc allait nous quitter à Anetz pour aller illuminer de sa présence une animation jeune à Vitré le lendemain et le temps pressait un peu.
Le camion de Luc fut repéré sagement garé sur la cale du petit port d'Anetz en rive droite et un bivouac propice nous tendit les bras en rive gauche. On glissa insensiblement de l'heure du thé, à celle de l'apéro puis le dîner concocté par Yannick: Carbonara au thon avec spaghettis au blé complet suivi d'un ananas « à la Luc »
( y a du rhum) fit l'unanimité. J'accompagnais Luc et son barda pour la traversée de la Loire et fit un long bac solitaire au soleil couchant pour regagner le bivouac. J'étais bien!

Dimanche, Ancenis, notre terminus, là où commence pratiquement la Loire maritime et où il est bon de troquer son OC contre un K1 mer, n'était qu'à 6 km et c'est en freinant fortement, en radeautant (on radote, mais en radeau) que l'on atteignit le terme de cette « expédition école » en Loire. Nous avions fait une petite séance technique dans les courants vifs auprès de notre bivouac et c'est en slalomant avec maestria entre les bouées du chenal que l'on atteignit la marina d'Ancenis. Dernier picnic puis chargement de notre Saint Frusquin dans Bébert qui nous avait stoïquement attendu et en faisant un petit crochet par Bouchemaine nous atteignîmes Rennes sur le coup de 16h30 comme annoncé. On déchargea, on rinça, on se congratula et on se sépara en se souhaitant de nouvelles aventures.
Les stagiaires: Anne-Marie, Maryse, Yannick, Bernard, Jean-Raymond sans oublier notre Hell's Angel: Ronan (plus Angel que Hell à mon avis).
Le R1 moustachu: Luc V. Le Padawan: François (CR)

400km Rennes-Rennes. 60km sur la Loire pour 150€ par tête de stagiaire.
160€ reversés à TEV pour la location de Bébert +120€ de location d'OC.

Merci à Antoine Ducouret, notre gentil CTR d'avoir lancé cette formation.
“Everyone must believe in something. I believe I'll go canoeing.”
Henry David Thoreau

pchauvel
Membre du Comité Directeur
Messages : 481
Enregistré le : mar. 21 mai 2013 18:37

Vézère 2014

Message par pchauvel » jeu. 12 juin 2014 15:59

Vézère 2014
9 teviens + 1 de cœur + 1 castelbourgeois et 1 bainais.
105 € : 65 de transport, 29 de nourriture 11 de camping
Départ vendredi 6 18h50 de Rennes, jonction avec Vincent à la gare de Limoges à minuit.
Arrivée au camping qui est ouvert à 1h07 .

Samedi matin jonction avec la première équipe qui est arrivée vendredi midi, migration vers nos emplacements définitifs et c’est parti pour une intégrüle de la Vézère du barrage à Pont Lapeyre. Didier L en délicatesse avec son D75 renonce au dessus du saut du loup. Rebelote l’am après une petite pause au camping. Didier se rabiboche avec son esquif sur la partie haute. Le soir, la bière coule : il faut arroser qqs bains.
Dimanche matin c’est reparti pour l’intégrüle. Nous espérons passer avant le départ du sprint prévu pour 11h. Hélas arrivés sur place nous constatons que le départ a été avancé d’une heure. Nous sommes quittes pour porter le parcours du sprint ce qui nous permet d’être un peu dans l’ambiance des descendeurs. L’am le groupe se scinde entre des toutous partis remonter le lac des bariousses et des hard paddlers qui embarquent à la carderie jusqu’à Pt Lapeyre.
Une boulette de cadet leur compliquera la navette. La sanction est immédiate : TG au café de Paris.
Lundi matin, la descente cadets libérant le parcours en dessous de Treignac nous nous élançons pour une descente très agréable car peu de monde. Didier se fait avaler par le rouleau à la sortie de Treignac, y laisse ses lunettes. Il finira sa descente à l’aveuglette ce qui lui coûtera un bain à la Goujonnière et … une TG au café de Paris….
Repas qui au restau pour le burger au canard gras ( ???) qui pour une modeste salade de pommes de terre. Retour club 21h fourbus mais contents de ce magnifique WE d’eau vive sous un soleil resplendissant.

TEV

jeancouderc
Adhérent(e)
Messages : 88
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 22:04

défi des Courreaux + TDB

Message par jeancouderc » jeu. 12 juin 2014 16:02

Bonjour à tous

3 personnes : Christelle, Bernadette, Jean. Départ vendredi 19H30 voiture + petite remorque club.
En route pour la maison de Christelle (bon choix, petite rincée la nuit). Le samedi matin départ 6h45 pour être à 7H00 à la prise des dossards et tee-shirts. Petite pluie mais le reste de la journée sera sous un grand soleil.
Départ pour Groix en convoi la mer est un peu agitée les auto videurs novices dessales …
La course aux croissants est lancée nous sommes en queue de peloton mais l’ensemble de la troupe suit le bateau de tête qui tire un bord nous revenons donc dans le paquet. Les croissants et le reste sont bien là, ouf.
Nous taillons la bavette avec nos nageurs et la diaspora du kayak, mon nageur obtient une photo avec JP. Dick qui est dans le groupe des nageurs.
Nous accompagnons nos nageurs jusqu’à la plage du Perello ils sont tous contents de leur temps (moins de 2h). Nous avons tous les 3 soit des bons nageurs soit un bon dossard -> on est aux médailles et à l’apéro en tête. Accessoirement ;+)) une bonne somme ainsi amassée pour les autistes (160 euros par 120 nageurs). La bonne action est faite et tout ça dans une très bonne ambiance.

Après le repas sur la petite plage à coté nous décidons de partir pour le tour de Bretagne. Nous posons la voiture au port de Lesconil et nous partons direction Loctudy. Au départ , la houle déferle, nous nous frayons un chemin à l’abri des rochers, une fois dans l’anse de Benodet le calme revient nous cherchons et trouvons un bon coin pour le bivouac (il n’y a pas de camping en bord de mer dans ce coin). Cette partie est un peu trop construite à notre goût.

Nous repartons le lendemain pour Lesconil un peu inquiets mais … plus de déferlantes, la houle annoncée est contrée par le courant et le flot.

Nous mangeons et rechargeons à Lesconil pour repartir pour un nouveau bivouac direction le Guilvinec. Nous nous abritons le long du rivage ça bouge encore un peu sur les rochers. Après une visite du port du Guilvinec, où il y a encore beaucoup de chalutiers très colorés, et un long pot réparateur (bonne adresse) nous repartons pour la pointe de Penmarch. A la sortie du port petit stop pour profiter de l’arrivée d’un chalutier qui brade ses langoustines. Nous longeons la grande plage du Sterr la mer se calme et nous accostons sans problème. Le bain s’impose pour les courageuses. Nous avons la réponse sur une série de bouées bien curieuses que nous avions repérées : c’est un élevage d’algue … du CNRS. Ya un camping mais 500 m de portage en plus de la remontée de plage, nous bivouaquons donc sur la plage. Nous nous régalons de nos langoustines et du reste. Coucher de soleil et dodo.

Le lendemain en route pour les Etocs (prononcer etô) . Un kayakiste local nous garantit les phoques. La mer est d’huile, c’est magnifique, coté large c’est encore remuant mais à l’intérieur c’est très protégé. Les phoques sont bien là, comme à leur habitude ils nous observent de derrière. Il faut bien les abandonner. Nous tirons tout droit sur Lesconil un bon repas nous y attend (très bonne adresse le restaurant vielle mode en face du port). Retour au club 20h15, lavage rapide, l’amour est dans le pré ne peut pas attendre.
Conclusion : sortie peu planifiée mais nous avons toujours fait les bons choix à tous les niveaux (la baraqua ?).

Pour l’étape suivante du tour de Bretagne, nous conseillons de repartir de la base nautique de Kervellec elle-même à côté d’un autre camping pour refaire les Etocs (à ne pas louper).




Jean






_________________________________________________________________________________________________________________________

pchauvel
Membre du Comité Directeur
Messages : 481
Enregistré le : mar. 21 mai 2013 18:37

Chausey 14 15 06 2014-06-15

Message par pchauvel » dim. 15 juin 2014 17:29

Départ club 8h30
Jonction Yves Abel à Domville 10h 10
1er coup de pagaie 11h30 : ya un peu de bleusaillerie et de cadetterie, c’est le premier bivouac de la saison.
Coeff de 90, F3 ¾ face. Nous sommes aux Huguenants pour pique niquer en 2h10. Premier maquereau de la saison avant l’archipel : il améliorera l’ordinaire.
Après la sieste nous entreprenons un tour SH de grande île après un arrêt pour réserver le restau. A PM – 5 coeff 90 le tour prend une version extensive mais Yves est très motivé pour nous trouver un chemin. Il commence même à creuser un chenal mais le flot nous aide et nous retrouvons l’entrée du « sound ». Nous ne serons donc pas en retard au restau.
Le menu à 26 euros satisfait tt le monde : la lotte en cocotte fait un carton.
Nous montons un camp tchétchène sur la plage en dessous du fort.
Ensuite qui grododo, qui promenade digestive.
Lever 6 h , p’tit dej express : la PM est à 9h20 …
Premier coup de pagaie 7h26. Nous allons vers le sud chercher des courants porteurs et malgré un vent 3/4 de ¾ face la traversée de 18,33 km est expédiée en 2h 40.
Comme on a tous notre dose de kayak on décide de rentrer par la route de la baie. Arrêt au Grouin du Sud : site magnifique pour pique niquer et siester ; retour club 16h30.

Quelques photos de Chausey par Henri

François
Membre du Comité Directeur
Messages : 1205
Enregistré le : ven. 17 mai 2013 10:31

Sortie île aux pies dimanche 22 juin

Message par François » dim. 22 juin 2014 22:22

"samedi matin, Quentin, Maman et les galettes, sont venus au club pour me serrer la pince" (air connu). Oui, mais la sortie c'était dimanche... Qu'importe ils nous ont gentiment laissé les bonnes galettes et le gâteau au chocolat. Quentin tu as gagné une sortie gratuite à valoir d'ici fin 2014 (en Bretagne of course, pas les Alpes!)
Bon, donc dimanche matin 12 Teviens se retrouvent à Tizé pour charger les bateaux, 12? non comme d'hab. un tevien manque à "la pelle". Devinez qui.
A 11h nous faisons jonction avec Alain, le régional de l'étape, au charmant petit port de Glénac et nous chargeons les barques: BBQ, saucisses, cubi de rouge... le moral n'était pas aux exploits sportifs mais plutôt aux agapes amicales. Joss, un peu stressée au départ, retrouve vite le sourire (pour ma part c'est la première fois que je navigue avec elle). Nous atteignons rapidement le confluent de l'Aff (des panneaux routiers indiquent "Glénac" ou "La Gacilly", marrant) puis de l'Oust. Nous passons devant le site de l'île aux pies où les grimpeurs s'en donnent à cœur joie puis l'appel du picnic commence à nous tarauder. rive droite? rive gauche? Non, Martine repère une petite île et l'esprit de Robinson nous fait signe. Notre hâvre (20m de long, 10m de large) est super chouette et en un tournemain Claude dresse la table (littéralement) et la couvre d'une belle nappe à carreaux. On fait ronfler le BBQ et les saucisses y achèvent tranquillement leur cuisson. Les galettes de la maman de Quentin les entourent et tout le monde se régale. Cidre, blanc, rouge, taboulé, crudités, gâteaux au chocolat, et aux cerises achèvent de lester les pagayeurs. C'est une sortie "famille" et on essaie de convaincre Anne-Marie que c'est à chaque fois la même chose.
Sieste pour certains puis on rembarque peinardement et on se laisse glisser un peu vers Redon avant de prendre le chemin du retour.
On croise de nombreux canoës à 2 ou à 12 car le loueur "Apache Bihan" est établi à l'île aux pies auprès d'un beau parcours d'accrobranche.
Avant de retrouver Glénac nous remontons un peu l'Aff en direction de la Gacilly puis repus et contentés nous retrouvons Bébert et regagnons Tizé sur le coup de 18h.
Tout le monde a l'air content et le tarif modique 10€ de transport et 2€ de saucisses ne fait faire la grimace à personne. On n'a pas affronté de gros rapides, on n'a pas traversé l'atlantique, mais on a bien rigolé. Venez avec nous la prochaine fois!
Les canoteurs-bambocheurs: Henri et Anne-Marie, Joss et Christophe, Luc et cricri en canoe-kayak, Claude et jacqueline, Timothée, Alain, François (R1) et Martine.
“Everyone must believe in something. I believe I'll go canoeing.”
Henry David Thoreau

pchauvel
Membre du Comité Directeur
Messages : 481
Enregistré le : mar. 21 mai 2013 18:37

Port Picain La varde 29 06 2014

Message par pchauvel » dim. 29 juin 2014 21:28

2 teviens 10 €
Port Picain/ La varde. Après une navette vélo express par Marc un pique nique à observer la noria de remorques nous avons embarqué un peu avt 14 h. Très vite le vent f4 nous force à pagayer énergiquement et ce jusqu'à la Varde, d'autant plus que la renverse se fait sentir à 16h. Nous faisons un tour assez sportif de la tourelle de la Varde pour profiter de la vue sur la cité corsaire avt de débarquer vers 17h.

Patrick

Alan
Messages : 77
Enregistré le : mar. 21 mai 2013 09:36

Alpes 2014 - 6 au 14 juillet

Message par Alan » jeu. 17 juil. 2014 16:08

Dimanche 6
Départ 8H20 (Youenn en retard)…
Trajet sans encombre sous la pluie, récup de Vincent à Grenoble et montage du camp vers 20H à St-Bonnet-en-Champsaur dans la vallée du Drac, après 950 kms de route. La récompense ne se fera point attendre avec un bon rôtis de porc préparé la veille par Bernadette.

Lundi 7
Découverte de la partie classique du Drac par moyennes eaux, avec embarquement pour la glissière du pont de St-Bonnet pour certains (50 mètres de fun). Tout se passe tranquillement et à vue pour cette gravière de classe II/III, avec des berges parfois hautes de plusieurs mètres et découpées dans le lit de la rivière : une espèce de mélange foncé à la fois ganuleux et boueux, parsemé de gros galets qui ne demandent qu’à tomber lors des crues.
Déjeuner au camp puis direction le Drac Blanc par 1m à l’échelle du pont de la D944 (point de débarquement).
Départ en amont du rapide des Borels (classe III/IV) pour les fines pagaies et embarquement depuis la passerelle suivante pour le reste de l’équipe. Belle descente sur ce mini-Gyr : kinenveut une 2ème ?
Ok, 5 participants pour un sprint de 19 minutes par 2 cms d’eau en plus … pluie oblige !

Mardi 8
Direction une autre vallée pluvieuse (mais tout aussi splendide) : la Séveraisse.
Repérage du rapide du Casset (avec un beau mais court passage IV+) où tout les cailloux seront soigneusement numérotés depuis le sentier rive gauche :mrgreen: …. Enfin l’embarquement 2kms en amont puis Jessica et Victor nous rejoignent tout juste après ce passage (et sans échauffement), avant de rejoindre le groupe pour un casse-croute venteux au départ du parcours des rafts.
On continue avec la portion III jusqu’à l’usine électrique de Villard-Loubière, navette expresse et enchaînement 800m plus bas avec 2x moins d’eau : ça gratte dans la gravière (merci EDF)… Jonction de la restitution d’eau en amont de Séchier : ouf, le débit est là (une petite Isère bien agréable mais un peu courte).
Débarquement un peu plus loin sauf pour 2 affamés de la « navigation à vue » qui termineront les 2 ou 3 derniers kilomètres avant le barrage final : le rapide de St-Firmin annoncé dans le topo EVO n’est pas là donc peu d’intérêt si ce n’est l’appréhension avec le risque de bouchons d’arbres dans une gravière assez sinueuse… Le soir : grosse surprise au bar du coin pour le match Allemagne/Brésil, prétexte à siroter 2 bonnes pintes.

Mercredi 9
En avant pour la découverte de la Souloise.
Contournement du Lac du Sautet et une centaine de virages plus loin, nous voici dans une nouvelle (et magnifique) vallée… encore avec des nuages !
Embarquement sur la fin du rapide (ou plutôt du chaos) de la résurgence, et c’est partit pour une nav en III/IV pour tous. Victor (dit le Bucheron) nous réconfortera du 1er apéro de la croisière ! :D
Gros portage de l’infran (2m20 sur l’échelle de la passerelle) et le dernier rapide se passera sans problème, le niveau du lac étant bas. Quentin en est déjà à son 3ème esquimo sans tenir sa pagaie des 2 mains … attention !
Casse-croute un peu tardif, arrêt express au camping de St-Bonnet et une fine équipe est motivée pour tâter du « Dark Drac » sur des infos de 2009 via EVO…
Embarquement vers 17h30 à la passerelle en amont d’Orcière : ligne droite de petit IV, puis du gros V(5+) sur 400 voir 500 mètres qui nous aura pris 1h20 (le topo parlait d’un petit V sur 300m). Alan dit la Boussole réussira une belle cravate sous-marine dans le seul enchaînement « à vue » possible et immédiatement suivit d’un bain afin d’éviter un risque de coincement dans son bateau : le courant est fort et l’anneau de bosse aura souffert du décravatage, tout comme nos mains… Sans compter le stress des multiples portages dus aux arbres, repérés par Vincent notre ouvreur expert ! Le plan sanglier est évité de justesse après 2/3 coups de fil aux navetteurs dans une gravière interminable…
La soir, réconfort au bar du coin pour un match beaucoup plus équilibré … et sponsorisé par Alan et Victor !

Jeudi 10
Pliage du camp en direction de la vallée de la Durance : déjeuner au camping de la Roche-de-Rame et direction l’Onde par de très belles eaux : Victor esquimaute dans un mini-rapide avec un appuis d’une main par le fond : zut, point d’apéro ! Vincent montre un bel esquimo à peine 100 mètres avant le point d’embarquement « pour tous ».
Navette rapide vers le camping des Vigneaux (non-non, point de séjours ici !+) pour attaquer une Gyronde bien ronde. Débarquement avec pause désaltérante à l’Argentière.


Vendredi 11
Il fait (enfin) très-très beau temps : direction le Guil ! :P
Nous embarquons en amont de Ville-Vieille pour une « presque intégrale » par un beau niveau (on aura 0m50 à l’échelle du pont de la Chapelue).
Descente sans problème jusqu’à Château Queyras, puis la rivière s’agite… 2 ouvreurs impatients attendent dans la combe l’arrivée « en paquets » du reste du groupe (sur l’eau … dans l’eau… :roll: ). Vincent, Jessica, 2 puis 3 bains, quelques bleus plus tard et c’est un picnic à la Chapelle. Thierry vient de doubler son score de sauvetage en remorquant 2 nageurs en même temps !
Direction la triple chute où les 5 mousquetaires passeront brillement l’épreuve (seuls 2 esquimos seront à déplorer) : Youenn exulte après un beau passage !
Embarquement pour le reste de l’équipe au pont de la Chapelue (150m plus bas) jusqu’en amont de l’escalator magique… 1 portage par la fine équipe à l’entrée et s’ensuit un magnifique 2ème bain pour Vincent, sur les conseils avisés de Youenn, puis c’est repartit vers la Maison du Roy en mode « sauve qui peut » pour Alan, fatigue oblige. Le score restera à « 2x2 bains » sur cette belle journée.

Samedi 12
« Clarée pour tous » & basse-Guisane sont au programme avec Arnaud, un ancien kayakiste du club de Gosné et rencontré sur le forum EVO : il a de la belle-famille (non-kayakiste) à Molines-en-Queyras mais un bateau qui tend à sécher…
Bonnes eaux sur la Clarée avec une descente jusqu’en amont de Val-des-Prés. Picnic sous les sapins (et sous une très fine pluie) puis départ à 6 pour la basse-Guisane avec un sale temps (et un temps canon).
Fin de journée au SEV de l’Argentière pour les youngs, Victor et 2 jeunes encadrants ultra-motivés ! ;)

Dimanche 13
On fait/refait quoi ? Ben, on va là où il y a du soleil !
Allez hop, une autre Onde mais par petit niveau et s’en suit une Gyronde qui n’a pas bougé, avant de rentrer se restaurer au camp… avant de refaire un bas Guil depuis l’ex-infran du tunnel avec Théo & Jean-Pierre !
2 bains pour la jeunesse, 1 pour J-C, cravatte et pagaie cassée (+ bain of course) pour un autre habitué… :oops: 2ème pagaie de l'année : ça commence à devenir une habitude !
Voilà, c’était la dernière nav du stage ? Non ! Une 2ème descente express de Thierry « encadré » par François et Youenn puis finale du ballon rond le soir même.

Lundi 14
Aille… lever dès 7H avant d’amorçer un retour ensoleillé. On dépose Victor et Youenn à Clermont-Ferrand pour un retour à 8 avec les 2 véhicules … J-C et Vincent nous ayant quitté la veille en train depuis l’Argentière … pour des comptes abominales à faire (le R1 est trop gentil des fois) : merci à Bernadette et Jessica pour avoir trouvé la solution au casse-tête !


Les stats pour 12 participants :
1 pagaie cassée, 2 camps, 7 jours de nav, 11 rivières pour 11 bains et 16 esquimautages…
… 25 litres de raisins pressés, quelques dizaines de bières et près de 80 km de rivières !!!

Transport : 176€ (123 pr les jeunes)
Camping : 135€ (avec la nourriture)
Total : 311€ adultes / 258€ jeunes

Belle progression pour l’ensemble du groupe... et voici les photos :
https://plus.google.com/photos/11216177 ... 5Jjru6ypbA
https://picasaweb.google.com/jeanpierre ... feat=email

François
Membre du Comité Directeur
Messages : 1205
Enregistré le : ven. 17 mai 2013 10:31

Eau vive tranquille du 19 au 26 juillet

Message par François » mar. 29 juil. 2014 17:29

Plus modestement quelques belles descentes de l'Ubaye et de la Durance par deux Teviens du 19 au 26 juillet avec une mémorable descente du Martinet le Lauzet en grosses eaux après les orages, admirablement guidés par un sympathique teuton rencontré au toujours agréable camping du bois des Hoches et quelques jolies randonnées en montagne pour compléter le tableau.
“Everyone must believe in something. I believe I'll go canoeing.”
Henry David Thoreau

Didier long...
Messages : 33
Enregistré le : jeu. 24 oct. 2013 19:23

Raid littoral 13

Message par Didier long... » mar. 19 août 2014 12:04

Nous sommes tous bien rentrés, Patrick, Didier L., et Pascal R (KMCE) chacun par ses propres moyens, mais nous ne sommes pas tous partis : Catherine (KMCE) a dû déclarer forfait et rester au port. On ne l’a pas oubliée, elle nous avait bien dit que l’ambiance était géniale, et elle avait raison. Faut dire que le temps nous a beaucoup aidés. Sur les étapes 1 et 2 le vent du nord et le Rhône, gonflé comme personne ne l’avait jamais vu au mois d’août, nous ont poussé de Tarascon jusqu’à Port Saint Louis du Rhône à une vitesse incroyable. Visite d’Arles l’après-midi du 1er jour sous la forme d’un jeu de piste pour découvrir tous les sites et les rues pittoresques. Le lendemain, longue étape sur le fleuve, mais pas le temps de s’arrêter observer les cigognes, hérons et rapaces, il fallait être à l’écluse avant 16h pour accéder au canal qui nous menait à la mer. Drôle d’écluse, le niveau de l’eau a dû baisser de 10cm ! Mais nous avons attendu une heure accrochés à un bout, avant de pouvoir en sortir. Le mercredi , étape industrielle, les magnifiques paysages de Fos-sur-Mer, les raffineries, la centrale thermique, les grues, les darses et la file des porte-containers et des pétroliers. Et coincée entre tout ça, une belle plage Pavillon bleu. Passage du chenal très bref, tous ensemble. Arrivée le soir sur la Côte bleue, à Sausset-les-Pins. Le jeudi nous partons vers les îles du Frioul poussés par un gentil vent d’ouest, en longeant la côte jusqu’à Ensuès-la-Redonne, minuscule port au creux des falaises, pour le pique-nique. Arrivée sur l’île de Ratonneau avec du clapot et un bon vent dans le dos, ce qui rend les trajectoires délicates sans gouvernail. Vendredi matin, splendide arrivée sur Marseille en contournant le château d’If ; on s’amarre au pied des nouvelles architectures sur le front de mer, entre le Mucem et la Villa Méditerranée, villa que nous visiterons en shorty et bottillons de kayak. L’après-midi, pour les volontaires, visite de la ville en car, guidés par un kayakiste marseillais féru d’histoire : arrêt à Notre Dame de la Garde et au Palais Longchamp. Le lendemain matin, courte étape pour rejoindre la calanque de Sormiou. Le vent est passé au sud-est et agite un peu la mer au pied des falaises. Quelques beaux surfs. Quartier libre l’après-midi pour marcher, buller ou naviguer. Le dimanche le vent a forci, toujours du sud-est. Il va falloir affronter les rafales pour atteindre La Ciotat. Pas le temps de découvrir les plus belles calanques, on s’arrête dans celle de Port-Miou, le port de Cassis, pour reprendre des forces. Certains jugeront plus raisonnable d’en rester là et de profiter du Zodiac de la sécurité. Avec l’effet Venturi au pied des falaises le Cap Canaille n’était pas une mince affaire. Les creux, très réguliers, atteignaient peut-être 2m50 – 3m, mais c’était le vent qui rendait la progression difficile. Force 6, peut-être ? Repli prudent sur la plage de Cassis plutôt que de faire face au ressac sur l’avant-port de La Ciotat. On s’est posé par 5 en surfant entre les serviettes des baigneurs qui nous traitaient de « fadas ». Et pour finir en beauté, on s’est tous entassés trempés dans les camions du club, jusqu’à La Ciotat, une vraie navette de kayakistes. Bravo pour l’organisation impeccable, les repas servis par un traiteur, la paëlla au Frioul, les attentions de l’encadrement avec sourires et disponibilité, la sécurité sur l’eau en kayaks et en Zodiacs, les sites et les paysages (même Fos qui a ses beautés), le tourisme à terre , la navigation en accordéon (comme dans les bouchons, régulièrement, on se retrouve tous ensemble), l’accueil des villes à l’étape, les discours pour pouvoir passer à l’apéro (même si celui de Bébert , le chef, on a dû l’entendre 9 fois), l’hébergement dans des gymnases ou sous la tente (au choix), et puis bravo à Bébert, un sacré personnage, qui fait vivre tout ça avec fougue, entrain et déconnade. Avec son frère Gilbert, à eux deux, ils vont fort sur les galéjades marseillaises. Et ça va continuer, Bébert était rassuré, plus question de s’arrêter là. Rendez-vous en 2015. Y-en-a-t’il que ça intéresse ?
Modifié en dernier par Didier long... le mer. 20 août 2014 20:08, modifié 1 fois.

jp.ducouret
Adhérent(e)
Messages : 238
Enregistré le : mar. 21 mai 2013 08:56

rando Marais poitevin

Message par jp.ducouret » lun. 1 sept. 2014 17:09

"Le Marais Poitevin : de la Venise verte à l'Océan

Plus de 2000 ans ont été nécessaire pour façonner le Marais Poitevin tel qu'on le connaît aujourd'hui.
Ce territoire s'étend sur 95 000 hectares, à cheval sur les départements de la Vendée, Deux-Sèvres et Charente-Maritime.
Une superficie qui le classe deuxième zone humide de France après la Camargue.
Il y a 8000 ans, le Marais Poitevin n'existait pas encore. La mer recouvrait toute la région jusqu'à Niort et formait le Golfe des Pictons. L'océan s'est lentement retiré,
laissant place à un vaste marécage.
Les moines du XIe siècle furent les premiers à creuser des canaux pour dessécher la terre et la cultiver, prémices de l'actuel Marais desséché.
Bien des siècles et des guerres plus tard, les habitants du marais oriental, las de subir chaque hiver de sévères inondations, se mirent à creuser de nouveaux des canaux.
Au fil du temps, un dédale de rigoles, de conches et de fossés s'est constitué en Marais Mouillé. Un mystérieux labyrinthe de chemins d'eau également connu sous le
nom de Venise verte." (intro piquée sur internet)


Rando le Marais poitevin du 17 au 22 août 2014

Nous commençons notre rando à Arçais, point de départ qui nous a été recommandé. Le camping est sympa et le tenancier nous offre la carte nautique du marais,
que nous venions d'acheter à l'office du tourime de la ville. Le soir, nous fêtons l'anniversaire de Bernadette. Le menu est amélioré : entrecôtes, haricots verts et fraisier.

Lundi nous embarquons pour la Garette par la rigole de la Garette, petite mise en bras histoire de voir. Arrêt pique nique à Le Vanneau, très joli petit port aménagé pour
décharger récoltes et bestiaux. Installation au camping de la Garette, belle herbe, 20m de portage. En fin d'après midi, nous allons faire des courses en bateau à Coulon,
village touristique sympa.

Mardi, direction le Mazeau par une conche (c'est le nom qu'on donne aux canaux du marais mais on dit aussi écluseau, canal, rigole ou broue), puis par la Sèvre niortaise
agréable à naviguer, nous continuons par une autre conche jusqu'à Le Mazeau, village très désert. Nous poursuivons jusqu'à Damvix où nous faisons des courses ; le camping est agréable, desservi par un embarcadère, douches et piscine et une binouze au bar.

Mercredi, l'objectif c'est l'abbaye de Maillezais, grande abbaye qui est à l'origine de l'aménagement du marais.Nous y allons par la Sèvre puis par le canal du Bourneau
envahi de végétation aquatique qui gêne le pagayage, c'est le seul endroit où ça se produit. Pique-nique à Maillé. Nous prenons notre temps pour visiter l'abbaye de
Maillezais, ruine imposante et remarquablement mise en valeur. Courses en ville, on nous recommande un camping à la ferme à 3 km aux Ecluseaux, où l'accueil est
parfait, avec un excellent Pineau de production locale. L'adresse est à retenir.

Jeudi, nous reprenons la route par Maillezais, Maillé puis Damvix. Ensuite nous erronscarte en main dans les conches secondaires jusqu'au camping du Lidon, le plus cher du
marais, mais il en faut bien un, dit la tenancière. Le soir nous fêtons l'anniversaire (encore !) de Christophe avec des tartelettes à la fraise.

Vendredi, il nous reste à peine 2 heures de pagaie pour retrouver notre point de départ, Arçais. Il fait beau, nous sèchons les tentes, lavons les bateaux, pique-niquons
et en route pour 3 heures de bagnole qui nous mènent au club en fin de journée.

En conclusion, une découverte sympa, pas compliquée quand on a compris comment ça marchait, on n'a pas bivouaqué car c'est interdit mais on aurait pu le faire. La
signalétique est très utile pour se repérer, y a des campings un peu partout. Et en plus il a fait beau ! Une belle randonnée pas loin et pas cher : 125 € tout compris et moins
de 500 km A et R.

Jean-Pierre, Bernadette et Christophe.
pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué :)

Verrouillé